Bilan de la présidence française du Conseil de sécurité des Nations Unies [en]

La présidence française du Conseil de sécurité s’est achevée le 31 octobre. Le ministre de l’Europe et des affaires étrangères s’est rendu à New York les 30 et 31 octobre pour clore cette échéance majeure de la diplomatie française autour de deux priorités principales :

> le G5 Sahel : la réunion ministérielle présidée par Jean-Yves Le Drian a confirmé le plein appui de la communauté internationale à ce projet et la nécessité d’articuler l’aide bilatérale et multilatérale au déploiement de cette force ;

> la défense des droits de l’Homme et le respect du droit international humanitaire : le débat ouvert sur les enfants dans les conflits armés, présidé par le ministre, a rappelé les menaces que font peser les groupes terroristes sur les enfants et abouti à l’adoption d’une déclaration présidentielle du Conseil de sécurité. Par ailleurs, la réunion de travail sur la protection des personnels médicaux et humanitaires a permis de souligner le devoir collectif d’une mobilisation sans faille sur le sujet. Elle a donné lieu à la signature d’une déclaration politique par 11 États membres des Nations Unies, outre la France, engageant notamment les États à renforcer leur législation nationale et leurs pratiques opérationnelles pour la protection des personnels médicaux.

Les textes importants suivants ont par ailleurs été adoptés par le Conseil de sécurité sous présidence française :

> la résolution 2380 a reconduit pour un an l’autorisation donnée à l’opération EUNAVFOR Sophia de lutter contre le trafic de migrants en haute mer au large de la Libye ; la résolution 2381 sur la Colombie a élargi le mandat de la mission de vérification de l’ONU créée en janvier 2016 suivant l’application de l’accord de paix avec les FARC à la surveillance du cessez-le-feu national temporaire signé avec l’ELN le 4 septembre dernier ;

> le président du Conseil de sécurité a fait quatre déclarations sur la Libye, Haïti, la Colombie et le sort des enfants dans les conflits armés, ainsi que huit déclarations à la presse sur la République Démocratique du Congo, la Somalie, le Mali, l’Afghanistan et l’Egypte, occasion à chaque fois de rappeler le travail engagé par la communauté internationale sur les crises à l’ordre du jour du Conseil de sécurité.

La France a également mis l’accent sur plusieurs autres sujets essentiels :

> les femmes, la paix et la sécurité, avec un débat organisé le 27 octobre à l’occasion duquel a été relevée l’importance de leur protection et leur rôle central dans la prévention et à la résolution des conflits ;

> la Birmanie et la question des Rohingyas, sur laquelle nous avons organisé avec nos partenaires britanniques une réunion autour de Kofi Annan, la situation étant particulièrement préoccupante tant au regard des droits de l’Homme que sur le plan humanitaire ;

> enfin, le maintien de la paix dans la ligne de notre engagement sur le sujet. Plusieurs réunions du Conseil de sécurité se sont tenues sur les opérations de maintien de la paix, notamment africaines (MONUSCO, MINUSS, MINUSCA, FISNUA) et un débat thématique sur les critères de sélection et les modalités de déploiement des Casques bleus a également été organisé.

La France souhaite une bonne présidence à l’Italie qui a pris notre succession le 1er novembre.

Dernière modification : 02/11/2017

Haut de page