Célébration de la Fête nationale française

Le 14 juillet, dans chacune des représentations françaises dans le monde, l’occasion est offerte d’associer les plus hautes personnalités locales, les communautés françaises et tous les amis de la France à la célébration de cette fête, symbole de la République et du lien social qui unit les Français autour de leur histoire.

JPEG - 182.5 ko
"Bal du 14 juillet", Théophile Alexandre Steinlen, 1889. Crédits : Petit Palais/Roger-Viollet - Cliché n°37423-20 (JPEG - 182.5 ko)

En 1880, sous la troisième République, le député Benjamin Raspail propose la création d’une fête nationale, le 14 juillet, en souvenir de la commémoration du 14 juillet 1789. Mais la prise de la Bastille a été jugée trop violente, le consensus ne put être obtenu au Parlement que par référence au 14 juillet 1790, jour de la fête de la Fédération, inaugurée par Lafayette, dont le but était explicitement de rassembler tous les Français autour de l’autel de la patrie.
Assurer la cohésion nationale et rétablir la puissance militaire de la France en s’appuyant sur la mémoire populaire et en construisant un imaginaire collectif lié à la République, a été la fonction première de cette fête nationale, qui intronise Marianne, personnification de cette République. Le 14 juillet marque ainsi dans les esprits des Français la célébration de la fin de la monarchie absolue et des privilèges, et l’avènement de la Liberté, de l’Egalité et de la Fraternité. Ce jour-là, toutes les célébrations débutent par une interprétation de La Marseillaise, hymne à la liberté composé en 1792 par Rouget de Lisle, adopté comme chant révolutionnaire dès 1795, puis décrété hymne national en 1879.

C’est ainsi que cette journée demeure une célébration militaire, aussi bien qu’une fête éminemment populaire.

Journée d’hommage officiel aux forces armées, aux anciens combattants et à tous ceux qui se sont battus pour la France, le 14 juillet est célébré par des défilés militaires.

C’est à Paris que cette célébration prend sa pleine dimension avec le défilé des forces armées françaises qui sont passées en revue par le Président de la République. La Patrouille de France ouvre traditionnellement le défilé, au-dessus de l’Arc de Triomphe et de la Place de la Concorde.
Des délégations représentant chaque corps d’armée défilent, des écoles militaires à la Légion étrangère, en passant par la Garde républicaine ou les engins blindés. Depuis quelques années, des délégations étrangères sont invitées à se joindre à ce défilé.

Journée de fête populaire, le 14 juillet est précédé, la veille, par des bals de quartiers traditionnellement organisés par les pompiers, et réunissant toutes les générations. A Paris, le plus fameux se tient ordinairement place de la Bastille, lieu chargé d’histoire, symbole du soulèvement populaire de 1789. La fête est clôturée par un feu d’artifice.


JPEG - 11.7 ko
14 juillet, bal populaire, photographie Agence Rol, 1912, Gallica, BNF (JPEG - 11.7 ko)

A sa manière, Victor Hugo a célébré le 14 juillet dans un poème tiré du recueil « Les chansons des rues et des bois » publié en 1865.

JPEG - 40.7 ko
(JPEG - 40.7 ko)


Célébration du 14 juillet dans la forêt

Qu’il est joyeux aujourd’hui
Le chêne aux rameaux sans nombre,
Mystérieux point d’appui
De toute la forêt sombre !

Comme quand nous triomphons,
Il frémit, l’arbre civique ;
Il répand à plis profonds
Sa grande ombre magnifique.

D’où lui vient cette gaieté ?
D’où vient qu’il vibre et se dresse,
Et semble faire à l’été
Une plus fière caresse ?

C’est le quatorze juillet.
À pareil jour, sur la terre
La liberté s’éveillait
Et riait dans le tonnerre.


Pour l’intégralité du poème :
http://www.poesie-francaise.fr/victor-hugo/poeme-celebration-du-14-juillet-dans-la-foret.php

Dernière modification : 11/07/2012

Haut de page