Décès du résistant Raymond Aubrac

Raymond Aubrac, l’un des derniers cadres survivants de la Résistance, est mort à Paris à l’hôpital militaire du Val-de-Grâce mardi soir à l’âge de 97 ans.

De son vrai nom Raymond Samuel, il était né le 31 juillet 1914 au sein d’une famille juive en Haute-Saône et avait suivi une formation d’ingénieur en France et aux Etats-Unis.

Engagés politiquement à gauche avant la guerre, Raymond et Lucie, sa femme décédée en 2007 à l’âge de 94 ans, formèrent l’un des premiers réseaux clandestins de résistance à l’occupation nazie en avril 1940, Libération Sud.

En juin 1943, Raymond Aubrac fut arrêté à Caluires, à côté de Lyon, avec Jean Moulin, chef du Conseil national de la Résistance. Aubrac fut libéré en octobre 1943, lorsque Lucie et un groupe de combattants ont tendu une embuscade à un camion transportant 14 membres de la résistance depuis le quartier général de la Gestapo à Lyon. Cette embuscade devint l’un des exploits de la Résistance les plus célébrés de la Seconde Guerre mondiale.

Le couple s’échappa ensuite à Londres où il rejoignit le gouvernement de De Gaulle en exil.

De retour en France après la guerre, Aubrac fut nommé commissaire de la République à Marseille, où il supervisa le déminage et les efforts de reconstruction.

Puis il fonda un institut pour promouvoir le commerce avec les pays communistes et exerça diverses fonctions au niveau international, notamment celle de directeur de l’Organisation des Nations unies pour la nourriture et l’agriculture (FAO) à Rome de 1964 à 1975.

Durant la guerre du Vietnam, Aubrac joua un rôle d’intermédiaire entre Ho Chi Minh et les dirigeants occidentaux, comme le Secrétaire d’Etat américain Henry Kissinger. Il s’associa à un groupe d’intellectuels et de scientifiques qui travaillait à mettre fin à la guerre.

Il donna des conférences et des séminaires dans les écoles à travers la France, afin d’instruire les enfants sur l’histoire de l’holocauste, jusqu’à un mois encore avant sa mort.

JPEG - 32.1 ko
Raymond Aubrac et sa femme Lucie en 1987. (JPEG - 32.1 ko)

A cette occasion M. Alain Juppé, Ministre des Affaires étrangères et européennes a déclaré dans un message :

"J’ai appris avec une très vive émotion le décès de Raymond Aubrac, l’une des figures les plus emblématiques de la Résistance.

Son engagement, son courage, son refus de la résignation, son attachement à la fierté de la France en ont fait l’un des héros de la Résistance aux côtés notamment de sa femme, Lucie Aubrac, ou de Jean Moulin. C’est avec des hommes de sa trempe et de son envergure que la France, aux heures les plus noires de son histoire, a pu sauver son honneur, sortir de l’ornière et aller à nouveau de l’avant.

Je partage la tristesse de la famille et des proches de Raymond Aubrac. Je m’associe à tous ceux qui éprouvent de la peine aujourd’hui à voir disparaître une grande figure de notre histoire.

Raymond Aubrac nous laisse en partage une certaine idée du courage et de l’honneur. Gardons précieusement son héritage et la valeur de l’exemple admirable qu’il nous a donné."

Dernière modification : 13/04/2012

Haut de page