Participation de Laurent Fabius au premier forum économique du 5+5 à Barcelone [en]

Suite au sommet de l’Union pour la Méditerranée, qui s’est tenu à Malte les 5 et 6 octobre 2012, les chefs du Gouvernement de l’Algérie, de France, d’Italie, de Libye, de Malte, de Mauritanie, du Maroc, du Portugal, d’Espagne et de Tunisie ont confié l’organisation du premier Forum économique de l’Ouest de la Méditerranée à Barcelone en 2013, au secrétariat de l’UpM.

Ce Forum se tient le 23 octobre 2013 au siège de l’Union pour la Méditerranée, à Barcelone, avec la participation du chef du Gouvernement espagnol, Mariano Rajoy et des ministres des affaires étrangères des pays du Forum de l’Ouest de la Méditerranée (que l’on appel communément “5+5 Dialogue”). Seront également présents les grands dirigeants et les hauts représentants de grandes entreprises et d’associations d’employés de l’Ouest de la Méditerranée.

L’Espagne étant le pays d’accueil, la rencontre est organisée par le Portugal et la Mauritanie à la co-présidence du 5+5 Dialogue, et le secrétariat de l’Union pour la Méditerranée (UpM), l’Institut européen de la Méditerranée (IEMed) et Casa Mediterráneo.

Le Forum économique portera sur le rôle de l’Ouest de la Méditerranée dans l’économie mondiale ; la coopération entre l’Europe, le Maghreb et l’Afrique subsaharienne ; les services publics et le développement urbain soutenable ; les petites et moyennes entreprises en tant que vecteurs de développement commercial et de croissance économique ; le financement de projets en faveur du développement ; et l’arbitrage méditerranéen.

JPEG

Propos de Laurent Fabius du 23 octobre 2013 :

"Nous avons abordé des questions liées à la sécurité, au développement, à la Syrie. Ensuite, nous avons décidé de tenir une réunion au Portugal autour de l’énergie.

Si l’on veut résoudre des questions très graves comme ce que vous voyez actuellement à Lampedusa ou des questions de sécurité et de développement, il faut à la fois que nous ayons ce contact politique et en même temps que nous ayons ce mouvement d’affaires qui se développe entre le nord et le sud de la Méditerranée.

Il va y avoir demain une série de propositions faites pour essayer de résoudre cette question terrible des gens qui se noient dans la Méditerranée. La Méditerranée est devenue une espèce de cimetière à ciel ouvert, ce qui est dramatique.

L’idée est de prendre le problème du début à la fin. Le début c’est le développement. Les personnes qui viennent du continent africain jusqu’en Europe ne le font pas par plaisir.

Elles sont chassées par la misère, par les exactions, par la mauvaise gouvernance et donc le premier élément de travail, c’est le développement.

Après, il y a une question de protection et ce que vous dites va dans ce sens. Il faut que l’on se renforce bien sûr Frontex, il faut que l’on renforce les moyens de surveillance et il y a cette idée d’une capacité d’intervention rapide.

Et puis il faut aussi lutter contre les filières de trafic parce que, derrière ces passages sauvages, il y a des passeurs qui gagnent des fortunes sur la misère humaine. Songez qu’ils demandent plusieurs milliers d’euros par passage et très souvent, au bout de ces passages, il y a la mort.

Parallèlement, sur le plan que vous évoquez, c’est-à-dire toutes les formes de renforcement de la sécurité, il va y a avoir en décembre à Paris une conférence franco-africaine sur la sécurité, où nous allons examiner tous les moyens par lesquels les Africains peuvent développer leur propre sécurité, aidés par l’Europe, aidés par la France, aidés par la communauté internationale.

De plus en plus, on assiste à toute une série d’initiatives pour assurer sécurité et développement. La France aura des propositions précises. J’espère qu’un maximum d’entre elles seront adoptées."

Plus d’informations sur le site du forum (en anglais)

Dernière modification : 24/10/2013

Haut de page