Récital à la cocathédrale Saint John

L’Ambassade de France a organisé en collaboration avec l’Alliance Française de Malte - Méditerranée et Din l-Art Helwa un récital d’orgue par Pierre Méa à la cocathédrale Saint John le vendredi 18 juin 2010. Ce concert faisait partie du Festival international de musique Bir Miftuħ.

M. Edward Xuereb, membre du comité Din L-Art Helwa, a accueilli le public dans ce lieu exceptionnel. L’Ambassadeur de France Daniel Rondeau souligna ensuite l’importance de cette date : le 18 juin. Ce jour où le Général de Gaulle appelait les français libres à continuer la lutte. En ces lieu et date historiques, Pierre Méa a rendu hommage à aux chevaliers de l’Ordre et à ces chevaliers des temps modernes.

Avant son récital, M. Pierre Méa a ainsi présenté son travail :

Hommage……..

Tel pourrait être le lien qui unit les différents auteurs que vous entendrez ce soir.

Hommage à la France et à l’Angleterre pour évoquer aujourd’hui même l’appel du Général De Gaulle à Londres le 18 juin 1940, à travers deux compositeurs illustres du 17ème siècle, l’anglais Henry PURCELL et le français Nicolas DE GRIGNY, organiste à la cathédrale de Reims.

Hommage de J.S. BACH à la France, à travers cette « Pièce d’orgue », dont le compositeur écrivit lui-même le titre en langue française, et qui évoque les grandes œuvres polyphoniques de Louis MARCHAND ou de Nicolas DE GRIGNY. Ce dernier impressionna tellement le cantor de Leipzig que Bach recopia intégralement à la main toute l’œuvre de l’organiste de la cathédrale des Sacres des Rois de France.

Hommage également de BACH, organiste, au violon, puisque la fugue en ré mineur est la transcription réalisée par Bach lui-même d’une fugue initialement écrite pour violon seul.

Hommage de Robert SCHUMANN au maître BACH, à travers cette fugue dont le thème reprend les quatre notes si bémol, la, do, si bécarre, et qui, dans la notation allemande, se traduisent par B.A.C.H.

Hommage de Jehan ALAIN aux maîtres de la Renaissance dans ces variations sur un thème de Clément Jannequin.

Et, très modestement, hommage de l’organiste que je suis, pour évoquer la figure de Jehan ALAIN, immense artiste, une sorte de Saint-Exupéry de la musique, mort prématurément à l’âge de 29 ans, pendant la seconde guerre mondiale, deux jours seulement après l’appel du Général De Gaulle, le 20 juin 1940.

Que ces pièces, dans leur diversité, vous permettent de voyager à travers les sons, les époques, les pays et vous fassent rêver sous ces voûtes multi-séculaires.

Un coquetel fut servi après le concert dans la sacristie.

Word - 1.6 Mo
Article du Sunday circle
(Word - 1.6 Mo)

Dernière modification : 03/02/2011

Haut de page